fr  |  de  |  en

Préparation à la PDG : Ovomaltine ou entraînement polarisé ?

Ce qui fonctionne pour Didier ne vous propulsera probablement pas sur la ligne d’arrivée à Verbier. À un moment donné il faut bien tenter le tout pour le tout mais dans l’attente pensez à vous entraîner correctement !

Si l’endurance représente la capacité de l’organisme à résister à la fatigue lors d’un effort prolongé, la capacité de performance quant ’à elle est définie par un potentiel énergétique, en d’autres termes, par vos réserves de carburant. A l’effort, en lien avec l’intensité, vous brûlez soit des lipides (graisses), soit du glycogène (sucre). Les réserves intramusculaires et hépatiques de glycogène n’excédant pas 500 grammes, il devient donc essentiel d’augmenter sa capacité à brûler des graisses afin de devenir plus économique, donc plus performant.

Concrètement il s’agit de s’entraîner régulièrement en endurance de base, avec des efforts de durée prolongée (1h et plus) et d’intensité faible. Seulement un quart des entraînements devrait contenir de l’intensité et principalement sous forme d’intervalles. De manière générale les gens s’entraînent trop longtemps sur un rythme régulier et soutenu ce qui engendre une fatigue conséquente et de faibles progrès. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des patrouilleurs « grillés » à la fin du mois de mars pour avoir négligé ces principes.

Réaliser un test effort pour définir ses propres points de repères en fonction de sa fréquence cardiaque permet une approche plus qualitative de l’entraînement. Alterner endurance de base et intervalles training permet de progresser sur la durée, en d’autres termes, avec l’entraînement polarisé ça va MIEUX ET plus longtemps.

 Tous les articles sur la préparation pour la PDG 


Imprimer le contenu de cette page
Télécharger cette page en PDF
Recommander cette adresse à un ami
Vous êtes ici > La Clinique > News > Préparation à la PDG : Ovomaltine ou entraînement polarisé ?
© boomerang