fr  |  de  |  en

La réadaptation

Rééducation fonctionnelle et réadaptation diffèrent de la médecine curative dans la mesure où cette dernière s‘occupe de la maladie et de ses causes alors que les premières visent à pallier les conséquences d‘une affection soit, la survenue de déficiences, d‘incapacités ou de handicaps.

Pour être pleinement efficace, la rééducation fonctionnelle doit être mise en œuvre dès la phase aiguë de la maladie et les mesures de réadaptation intervenir dès qu‘une incapacité ou un désavantage est mis en évidence.

Comment concevoir la réadaptation au début du 3ème millénaire ? Les observations faites au cours de la dernière décennie nous incitent à penser que la réadaptation à l‘aube du 3ème millénaire doit bénéficier d‘orientations nouvelles.

Ainsi, l‘introduction de programmes d‘intervention thérapeutiques individualisés nous paraît une nécessité. Dans un tel programme, le patient et sa famille deviennent des acteurs du processus de réadaptation. Ils sont informés de façon détaillée des buts à atteindre au cours du séjour et des moyens mis en œuvre pour y parvenir. Ils donnent leur consentement oral voir écrit à une telle démarche, s‘engageant à participer activement aux traitements et aux évaluations réalisés en cours de séjour.

Outre l’aspect thérapeutique, la réadaptation en ce début du 3ème millénaire devra faire une place toujours plus grande à l’évaluation permettant de définir ce qu’un patient peut et doit encore avoir comme activité.

Pour atteindre un tel objectif, il convient de disposer d‘un contrôle permanent de qualité. Cette démarche se fait en analysant et en quantifiant les résultats par des grilles d‘évaluation interdisciplinaires et des échelles de qualité de vie. Le corollaire en est la nécessité de poursuivre de façon continue la recherche en réadaptation. L‘instrument de mesure du contrôle de qualité est l‘accréditation que l‘on peut définir comme étant un processus de recherche d‘amélioration continue de la qualité de la prise en charge. Ce processus d‘accréditation fait intervenir l‘écoute des attentes du patient et de ses proches et l‘auto-évaluation comme sources de progrès de l‘individu, de l‘équipe et de la structure.

Dans ce contexte, la transparence est une condition nécessaire, les accréditeurs devant être indépendants de tout pouvoir et animés d‘une volonté d‘éducation plus que de sanctions. De ce point de vue leur attitude est aussi importante que leurs connaissances. Cette accréditation est une démarche continue qui doit être renouvelée dans le temps.

La conséquence de cette orientation nouvelle de la réadaptation est l‘évolution vers un calcul d‘un coût par cas mettant à contribution tant les équipes soignantes que l‘administration avec comme corollaire un financement par groupe de pathologie. 

Imprimer le contenu de cette page
Télécharger cette page en PDF
Recommander cette adresse à un ami
Vous êtes ici > Patients & Visiteurs > La réadaptation
© boomerang